samedi 11 septembre 2010

CONSPIRATIONNISTES, CROYANCES AUX ILLUMINATI ET AUTRES ZEITGEIST IGNORENT L'ESSENTIEL.


-On lira d'abord en cliquant ici avec intérêt cet article de Rue 89 qui résume les travaux sociologiques sur les théories du complot et explique leur force actuellement.

-Cette interview de Philippe Corcuff qu'on trouvera ici est remarquable du point de vue sociologique et philosophique pour rappeler que les individus d'une classe sociale ou d'un groupe ne contrêle jamais intégralement leurs actions (on trouvera ici d'autres articles plus fouillés de Corcuff sur le même thème) ;

- Cet autre article de Luc Tesson qu'on trouvera ici pointe l'horizon millénariste qui caractérise les théories du complot. Je remarque qu'à partir de notre premier article de référence, cet aspect millénariste n'est pas totalement déraisonnable puisque les conspirationnistes prolifèrent à des périodes de crise sociale, politique et économique auxquelles succèdent des périodes de transformations historiques.

Nous proposons ici non pas une analyse sociologique comme l'article de rue 89 et l'interview de Philippe Corcuff ou une analyse politique comme l'article de Luc Tesson. Nous essaierons de proposer une analyse précisant la nature de l'ignorance spirituelle concernant les crises de transformation de l'humanité qui, selon moi, nous touche forcément lorsqu'on défend peu ou prou un point de vue conspirationniste.

Entendons-nous bien sur un premier point : qui est l'auteur ultime de ce qui est ? Toute spiritualité digne de ce nom admettra que croire que l'ego est l'acteur est une illusion. Bien sûr, une tradition philosophique persistante rejoint volontiers le sens commun : nous avons un libre-arbitre. Nous faisons donc selon cette conception le bien et le mal consciemment. Quand nous sommes conspirationnistes nous devenons très manichéens. Lorsqu'on défend un tel point de vue, nous devons donc nous interroger sur notre sincérité : il suffit de s'observer un peu et on voit que l'on fait souvent le mal que l'on sait être mal et que l'on ne fait pas le bien que l'on sait être bien. Pascal essaie de nous montrer que cette incapacité à être vraiment capable de choisir le bien s'amenuise avec notre amour propre qui ne veut pas le reconnaître :
« La nature de l’amour propre et de ce moi humain est de n’aimer que soi et de ne considérer que soi. Mais que fera-t-il ? Il ne saurait empêcher que cet objet qu’il aime ne soit plein de défauts et de misère ; il veut être grand, et il se voit petit ; il veut être heureux, et il se voit misérable ; il veut être parfait, et il se voit plein d’imperfections ; il veut être l’objet de l’amour et de l’estime des hommes, et il voit que ses défauts ne méritent que leur aversion et leur mépris. Cet embarras où il se trouve produit en lui la plus injuste et la plus criminelle passion qu’il soit possible de s’imaginer ; car il conçoit une haine mortelle contre cette vérité qui le reprend, et qui le convainc de ses défauts. Il désirerait de l’anéantir, et, ne pouvant la détruire en elle-même, il la détruit, autant qu’il peut, dans sa connaissance et dans celle des autres et à soi-même, et qu’il ne peut souffrir qu’on les lui fasse voir ni qu’on les voie.
C’est sans doute un mal que d’être plein de défauts ; mais c’est encore un plus grand mal que d’en être plein et de ne les vouloir pas reconnaître, puisque c’est y ajouter encore celui d’une illusion volontaire. Nous ne voulons pas que les autres nous trompent ; et nous ne trouvons pas juste qu’ils veuillent être estimés de nous plus qu’ils ne méritent : il n’est donc pas juste aussi que nous les trompions et que nous voulions qu’ils nous estiment plus que nous ne méritons. » Pensées, L.978, S.743.
Notre marge de manœuvre n'est jamais celle que les théories du libre-arbitre prétendent. Regardons le schéma suivant que propose Douglas Harding : Notre action personnelle n'implique-t-elle pas une action du tout émergeant de rien ? Nos actes personnels sont donc les actes de la conscience JE SUIS universelle. Notre personnalité peut penser à l'encontre de ce JE SUIS : l'amour propre, la croyance à un libre-arbitre absolu le prouvent mais rien ne se fait en dehors de JE SUIS.

Ce premier point acquis, nous pouvons essayer de jauger ce que valent les théories du complot qui ne cessent de fleurir et auxquelles nous avons tendance à nous raccrocher en période de crise. Imaginons du point de vue spirituel qu'est le nôtre une tentative de complot. Elle émane alors d'un groupe qui pense contrôler l'histoire. Or le JE SUIS qui s'aperçoit lorsque ma petite personne n'ignore pas d'où elle surgit seul enfante le Devenir. Un tel groupe est dans l'illusion. Ses actes ne seront pas adéquats à ses projets : ils ne se feront pas avec le même impact que prévu par eux, ils rencontreront des interactions qu'ils ne maîtrisaient pas, leur égocentrisme et leur amour-propre nuira à l'harmonie de leur groupe, etc. Autrement dit un groupe de comploteur verrait son action déformées par des actes inconscients du point de vue de leur projet. Ils peuvent réussir sur certains points mais ils échoueront sur d'autres. Les théoriciens du complot comme d'éventuelles tentatives de complot omettent toujours la réalité profonde de l'inconscient.

Ce deuxième point est profondément solidaire du premier point. Le mystère du JE SUIS qui rend le libre-arbitre personnel obsolète débouche sur l'omniprésence de l'inconscient pour ceux qui vivent sur le seul plan des personnalités. A l'évidence l'inconscient collectif sera encore plus puissamment désaxé d'une intention collective que l'inconscient individuel dès lors que le JE SUIS sera ignoré culturellement. On nous dira que les religions ont un impact correcteur : cela dépend de quelle époque on parle. Avant l'époque moderne, l'expérience profonde de JE SUIS, du PRESQUE RIEN ou du TOUT IMMANENT se découvrait en leur sein d'où leur effet réformateur et leur impact historique. Elles sont aujourd'hui dans leur pratique pour la plupart en réalité en ignorance du JE SUIS au point de rejeter et de condamner de plus en plus systématiquement ceux qui en ont une expérience approfondie. A vrai dire de nombreux groupes religieux face à leur incompréhension et leur rejet du monde manifesté par JE SUIS aimeraient bien comploter et ils n'y parviennent guère. Le JE SUIS, le PRESQUE RIEN et le TOUT IMMANENT, cet UN qui les a fondé autrefois avec ses différents accents sur l'individualité, le non SOI ou le processus n'est plus la source profonde de leurs projets...
Les théoriciens du complot sont nombreux et influents. Pourquoi ? Nous ne sommes plus à l'époque de la recherche du complot satanique de la même façon que ce fût le cas avant l'ère moderne. Nos théoriciens du complot ne sont plus des religieux superstitieux qui essaient en vain de comprendre ainsi un monde qui leur échappe que ce soit par des maladies d'une violence incompréhensible, soit par l'avancée inéluctable de la modernité. Toutefois nous sommes certainement à la fin d'un cycle comme le furent ces religieux superstitieux pour qui les événements échappaient à leur représentation du monde. Ils parvenaient à la sauvegarder en découvrant sous la torture un complot satanique avoué par une sorcière, un mage, un philosophe, etc. Aujourd'hui, on veut que le chaos soit le fruit de l'intention d'un certains nombres de petits groupes. La finance et l'argent échappent de plus en plus au contrôle conscient des financiers et des banquiers animés par leur recherche du profit : alors on invente un groupe caché qui le contrôle vraiment consciemment tout cela et on fait des films qui montrent des images convaincantes. L'environnement semble menacer la possibilité d'une vie humaine digne de ce nom alors on invente un complot visant à l'extermination d'une partie de la population terrestre et bien sûr on trouve une réunion de milliardaires qui s'inquiètent effectivement de la surpopulation humaine sans eux-mêmes en comprendre le sens et on lui donnera ici une version relativement modérée et là une version nettement conspirationniste. On soupçonne ces milliardaires de vouloir tuer une partie de l'humanité. On oublie que l'environnement pollué et un climat perturbé peuvent avoir très bientôt des effets meurtriers de très grandes ampleurs. Autrement dit nos milliardaires n'ont qu'à laisser faire... Notre espèce, de toute manière, devra se réadapter à un nouvel environnement et il est clair que les pays pauvres et surpeuplés où la corruption est endémique vont connaître de terribles soubresauts. Par ailleurs, comme nous l'avons déjà évoqué, on sent bien que l'influence du religieux sur le destin de l'humanité va faiblir globalement face à ce qui est une crise évolutive de l'espèce humaine qu'aucune religion n'envisage réellement. Si les islamistes arrivaient au pouvoir au Pakistan, que feraient-ils face aux prochaines montées des eaux ? Globalement, même nos grands médias préfèrent fantasmer sur le pouvoir de groupuscules religieux que sur ce qui est en jeu. Bien entendu, le conspirationniste lui fantasmera sur un groupe religieux ou politique qui n'est même pas celui des groupes terroristes ou tyranniques qui défraient la chronique des grands médias et dont la menace serait encore plus terrible, ces derniers manipulant les groupes connus médiatiquement. Etc.

Si on admet le devenir suivant de l'humanité :

Alors on doit pourtant se demander si la grande extinction en cours n'implique pas ceci :

Les religieux, les financiers, les politiciens comme les théoriciens du complot n'envisagent pas cette possibilité d'un après l'homme. Si notre crise évolutive engendre d'une part un surhomme et d'autre part un suprahomme comme touts les sauts évolutifs précédents de la lignée humaine.

Si nous admettons que nous ne sommes pas les auteurs de notre devenir et que seul JE SUIS agit et que c'est à partir de lui qu'il y a évolution à une manifestation de conscience supérieure alors nous reconnaissons de plus en plus la formidable part d'inconscient à l'œuvre. Même nous qui pensons cette évolution de la conscience et qui nous tournons vers JE SUIS ne sommes pas totalement conscient de cette évolution de la conscience.

Si on considère la prégnance de l'inconscient sur nos actions, les questions posées par un documentaire comme The corporation sont plus pertinentes et justes que celles soulevées par le documentaire Zeitgeist. Les questions posées par The corporation pointent la part d'inconscient qui se sert de nous pour provoquer la crise évolutive. les questions posées par Zeitgeist relèvent pour l'essentiel des théories du complot et donc participent davantage de l'inconscience générale.

La partie III de Zeitgeist qui soupçonne un groupe de puissants de concevoir la monnaie à son profit empêche de voir le caractère inconscient de l'évolution économique en cours pour la plupart et les effets néfastes pour l'humanité qu'une telle évolution non consciente entraîne si elle demeure majoritairement telle.
L'effondrement du Wall Trade Center signifie avant tout l'impuissance de ce qui symbolise la puissance moderne avec ses technologies. Les moyens électroniques de surveillance ont fait faillite ; les radars, les satellites, les constructions à toutes épreuves, etc., tout cela a fait faillite. Le théoricien du complot préfère y voir un complot provenant de ceux qui ont le plus à disposition cette puissance. A vrai dire, là encore, on refuse de voir qu'il est question d'une crise évolutive qui révèle la limite profonde de tout ce que nous considérons comme la puissance due à notre conscience mentale. La partie II de Zeitgeist empêche une telle prise de conscience.


La partie I de Zeitgeist croit voir dans la religion chrétienne une supercherie du fait de la récupération de symboles et croyances égyptiennes. Les forces de conscience de JE SUIS que la religion égyptienne exprime à travers ses symboles et ses dieux n'est pas une totale inconscience de JE SUIS. Le christianisme s'il a réinvesti ces expressions n'est pas alors une totale inconscience de JE SUIS. D'ailleurs les plus grands penseurs des traditions juives et chrétiennes ont toujours reconnus une proximité avec les égyptiens. Jung estime même que les archétypes s'expriment avec autant de force dans différentes cultures qui n'ont pas forcément de liens entre elles : le déluge judéo-chrétien s'inspire peut-être de l'épopée de Gilgamesh mais la disparition de l'empire de Mû est un mythe qui a la même structure que les précédents et dont la filiation avec les précédents fait défaut. Le 25 décembre renvoie certainement à une conscience force ou un archétype de la conscience humaine spirituelle. D'où une date centrale pour le christianisme comme pour le bouddhisme... Aujourd'hui, la nouveauté est le passage d'une vie spirituelle exclusivement religieuse à une spiritualité en dehors des religions. Focalisé sur l'idée que le judéo-christianisme a des charlatans pour fondateur, les gens qui pensent avec Zeitgeist et les divers conspirationnistes passent à côté de cette radicale nouveauté. Les questions, que celle-ci pose, ne sont pas envisagées alors qu'elles sont les indices visibles d'une évolution en cours de la manifestation de l'absolu. Zeitgeist est bien une entreprise ignorante parmi tant d'autres du mystère évolutif de la manifestation de JE SUIS.

On pourrait affirmer que cette évolution vers plus de conscience n'aura pas lieu et que le nom de l'absolu n'est pas Je SUIS mais Presque Rien où notre humanité va finir par se résorber. Mais là encore ceci ne ferait que montrer le ridicule d'insister sur des complots humains alors que ce sont tous les phénomènes qui porteraient en leur sein l'éventualité de l'auto-abolition de ce qui les manifeste. Si spirituellement le monde est le lieu de manifestation de l'absolu alors il est le lieu d'action de l'absolu : celui qui en prend conscience et peut mener à bien ne peut être que l'absolu auto-créateur.

P.S :

Ici un groupe de liens vers des articles dénonçant diverses rumeurs de complot.

Ici dans cette même série d'article un article sur la rumeur des Illuminati.


Enregistrer un commentaire