mercredi 5 mars 2008

MAI 68.


Mai 68.
La dernière heures des utopies gauchistes ? Maoïstes, trotskystes et autres ...ismes poussent leur dernière flambée et tous tombent dans les flammes du capitalisme qui n'en finit pas d'agoniser...

Naissance de l'individualisme postmoderne sexe, rockn'rol et fric ? Oui mais le moi sans repère ne s'invente plus des réflexes moralistes et autres dérives droitières dont les protagonistes démentent eux-mêmes la fonctionnalité.


On oublie l'anarchiste mystique fouillant dans son passé les causes sordides de ses échecs en communauté ou même arpentant désormais les sagesses oubliées pour changer soi et le monde.
Les vestiges de mai 68 sont ce moment de l'Esprit où la parole était libérée, où quelque chose de l'âme pleurait à chaude larme une fois les derniers masques tombés.

Mais les masques collaient, des bouts étaient tombés et les protagonistes se sont laissés englués par de nouveaux prêts à penser. Ils viennent à la télé nous parler d'un moment de sincérité passé et cela sonne toujours faux quand son feu a été étouffé.


Enregistrer un commentaire