lundi 14 février 2011

QUAND LE MOI VEUT S'APPROPRIER L'ACTION. REMARQUES SUR LE KARMA YOGA.

 
Si j'admets qu'Ici au centre il n'y a rien de ma personnalité qui perçoit. J'admets aussi que Cela seul au centre en chaque point de la perception est aussi la source même de toute action.
 La lunule de pensée personnelle est une fiction subjective engendrée par Cela. Dans la lumière de Cela cette fiction subjective personnelle n'est plus égocentrique mais en elle exprime des mécanismes et des habitudes qui peuvent demeurer égocentriques.

Cette lunule subjective de pensées, sentiments est ce que Douglas Harding nomme "le petit". Celui-ci ne disparaît pas pour toujours quand on s'éveille à la présence éternelle du Grand, de Cela. Bien souvent même la vue de Cela par Cela n'empêche pas le petit oublieux de Cela de reprendre le dessus. 

Parfois le petit est suspendu dans l'auto-contemplation de Cela mais il revient dès que l'action dont il le vecteur est exigée. Le petit revient et son désir de Cela est bien négligeable devant ses désirs égocentriques.
Le karma yoga consiste à ce que le petit reconnaisse l'évidence que seul Cela agit et qu'il devienne l'instrument volontaire de Cela. Le karma yoga vise donc aussi au sacrifice de tout désir personnel.

J'admets que je ne fais pas la vaisselle mais que Cela fait la vaisselle à l'aide de mon corps qui en émerge.


Mais n'est-ce pas moi qui avais le désir de faire la vaisselle ? 

A vrai dire la situation exigeait de faire la vaisselle : le tout manifesté de Cela sous la forme du tas de vaisselle suscitait l'obligeance de  Cela à travers un moi. Le moi, obligé de Cela, surmontant ses désirs de faire autre chose pour le désir de Cela a répondu favorablement à la situation. Où se formulait cette pensée de consentement dans l'expérience du moi conscient en Cela sinon en Cela ?


Mais un aspect du moi oublieux de Cela reste souvent à surmonter quand le travail auquel  le moi est appelé au consentement est plus complexe ou soi-disant plus gratifiant. Ayant consenti à l'obligation de Cela, le moi s'inquiète de la réussite de sa tâche. Il confond le fait de devoir être un instrument au service de la tâche avec le fait de se l'approprier. Il se met à désirer la réussite de l'action comme un de ses autres désirs égocentriques. Il trahit alors l'unique travailleur, l'unique auteur, etc. : Cela.


NB : Ceci serait pour moi un premier éclaircissement du passage programmatique cité ici de Sri Aurobindo sur le karma yoga.
Enregistrer un commentaire